Ceux qui ont compris

Plusieurs centaines de milliers de catholiques prient le chapelet aux frontières de la pologne

Plusieurs centaines de milliers de catholiques polonais ont prié le chapelet le long de toute la frontière du pays, suppliant Dieu et la Vierge Marie de sauver la Pologne et le monde à l’occasion d’un événement de dimension nationale que certains ont critiqué pour ses accents anti-islamiques.

La manifestation « Chapelet aux frontières » était organisé par des laïcs catholiques et était également soutenu par les autorités ecclésiastiques polonaises. Plus de 320 églises de 22 diocèses différents y ont pris part. Le premier ministre Beta Szydło a également fait la promotion de l’événement et soutenu les participants. (1)

Les prières, organisées samedi 7 octobre à 4000 endroits différents, ont commémoré le centenaire des apparitions de Fatima ainsi que la bataille historique de Lépante au XVI siècle, quand une alliance chrétienne soutenue par le Pape avait repoussé les forces ottomanes sur la mer Ionienne, « sauvant ainsi l’Europe de l’islamisation », affirment les organisateurs. Il s’agissait de réciter le chapelet « pour sauver la Pologne et le monde », à l’appel d’une fondation, Dios Solo Basta.

Même si les organisateurs ont insisté que les prières de ce samedi n’étaient dirigées contre aucun groupe en particulier, certains participants ont mentionné la peur de l’Islam parmi leurs raisons de prier aux frontières, d’autres ont affirmé venir prier pour la paix et pour la sécurité : « l’important c’est de créer un cercle de prière tout le long de la frontière, intense et passionné ».

La date du 7 octobre n’a pas été choisie au hasard. C’est celle de la fête de Notre-Dame du Rosaire, qui célèbre la victoire en 1571 de la chrétienté sur les Turcs lors de la bataille navale de Lépante.

L’islam est perçu comme une menace par bon nombre de Polonais, tandis que le gouvernement conservateur, soutenu par une partie importante de l’opinion, refuse d’accueillir des migrants sur le sol national.

Au total 22 diocèses jouxtant les frontières ont participé à l’événement. Les fidèles se sont rassemblés dans quelque 200 églises pour assister d’abord à une conférence et une messe avant de se rendre à la frontière même pour y réciter leur chapelet.

L’objectif était d’avoir des points de prière aussi nombreux que possible sur les 3.511 km des frontières polonaises avec l’Allemagne, la République tchèque, la Slovaquie, l’Ukraine, le Belarus, la Lituanie, la Russie et la mer Baltique.

En mer, des marins sur des bateaux de pêche s’y sont joints. Sur des rivières, des kayaks et des voiliers étaient censés former une chaîne. Des prières furent dites aussi dans les chapelles de quelques aéroports internationaux. Des paroisses polonaises à l’étranger, jusqu’en Nouvelle-Zélande, ont annoncé leur participation à distance.

Le but était de prier pour la paix dans le monde, a dit à l’AFP le porte-parole de la Conférence épiscopale polonaise, père Pawel Rytel Andrianik.

« L’initiative a reçu bien évidemment l’approbation de l’épiscopat polonais », souligne-t-il, et il serait incorrect de l’interpréter comme une réunion de prière pour protéger le pays contre l’arrivée de réfugiés musulmans.

Pour un militant catholique nationaliste, Marcin Dybowski, « l’Autriche et la Hongrie construisent des murs avec du fil barbelé contre les réfugiés. Nous, nous édifions un barrage spirituel par la prière contre le danger du terrorisme ». (2)

Sources: (1) Diakonos.be (2) Capital

Publicités
Ceux qui ont compris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s