Une étrange architecture

Les 12 et 13 octobre 2007 fut inaugurée la nouvelle « basilique » de Fatima en présence des plus hautes autorités civiles et religieuses du pays. Benoît XVI dépêcha sur place Mgr. Bertone.

En forme de gigantesque colonne tronquée, ce bâtiment, qui doit permettre des rencontres œcuméniques, fait un peu penser à la « cathédrale » d’Evry ainsi qu’à certains monuments ésotériques de Paris.

Ce hangar spatial futuriste, qui n’a rien à voir avec un édifice religieux, a été dessiné par l’architecte orthodoxe Alexandros Tombazis. Immense disque blanc très « high-tech », d’un diamètre de 125 mètres, cette monstruosité moderne d’une laideur incroyable est une véritable et volontaire provocation pour la foi des fidèles et la sainteté des lieux !

Pas de clocher, pas de nef ni de transept, pas de vitraux : un plan qui doit « changer la conception du monument religieux et la relation au divin » selon Alexandros Tombazis.

Tel le nouvel autel devant l’ancien, cette nouvelle « basilique » masque l’ancienne. C’est ainsi que du haut de l’esplanade, au niveau de la rue menant au sanctuaire, nous ne voyons plus l’ancienne basilique, ni même la Capelinha, la chapelle des apparitions. La nouvelle « église » lui fait face comme pour mieux lui marquer son opposition.

Cette horreur architecturale, commandée par Jean-Paul II, a été construite sur le lieu exact de la place Pie XII qui, de facto, n’existe plus : nous devons, en effet, faire table rase de l’Église pré-conciliaire…

La grande croix qui se situait au niveau de la place Pie XII a été remplacée par un immense « Christ » en croix, hideux et tout rouillé, qui domine l’esplanade. A sa vue, l’âme catholique est saisie d’un profond sentiment de malaise.

Cette croix, choisie par le Vatican, est une véritable singerie diabolique de Notre Seigneur. Elle fait face, elle-aussi, à l’ancienne basilique ainsi qu’aux magnifiques statues du Sacré-Cœur et du Cœur Immaculé de Marie. Par cette construction pharaonique, les autorités conciliaires ont délibérément et sans scrupule supprimé un tiers du « chemin de Lucie » sur lequel les pèlerins s’avançaient à genoux vers la chapelle des apparitions. Rien n’arrête ceux qui occupent l’Église, même les choses les plus sacrées !

A l’avant de ce bâtiment cylindrique et de part et d’autre de son entrée principale (il y a 13 portes en tout), se trouvent deux imposantes statues : celles de Paul VI et de Jean-Paul II, telles les colonnes de Boaz et Jakin, gardiennes du temple maçonnique.

Là aussi, les statues de ces deux pontifes conciliaires (chefs emblématiques de la nouvelle église œcuménique) sont tournées vers l’ancienne basilique (les deux églises se font face) symbolisant ainsi, encore une fois, l’opposition entre les deux Eglises et même le combat qu’ils ont mené contre l’unique et véritable Eglise.

En effet, Jean-Paul II n’a pas hésité à dévoiler ses véritables intentions lorsqu’il affirma en février 1990 à l’occasion de la réunion plénière de la Congrégation pour la doctrine de la foi (dirigée par le cardinal Ratzinger) et la Congrégation pour l’unité des chrétiens : « Avec Vatican II, nous sommes entrés dans une époque œcuménique, et bien que cela remonte à 25 ans, nous n’en sommes qu’au début, car la tâche n’est pas facile. On ne peut refaire dans un court espace de temps ce qu’on a fait dans le sens contraire pendant une longue période. Nous ne pouvons refaire le chemin des siècles en quelques années. On comprend ainsi que le travail doit être dans un certain sens lent » (Osservatore Romano du 3 février 1990).

Lors des cérémonies du 13 octobre 2007, Tarcisio Bertone, après un court petit mot lu en plusieurs langues à la chapelle des apparitions, se dirigea en procession vers l’intérieur de la nouvelle « église » invitant ainsi la foule incrédule et ignorante des fidèles à le suivre dans son mouvement.

C’est ainsi que, pour la première fois, les fidèles tournèrent le dos à la chapelle des apparitions, à Notre-Dame, à Notre Seigneur et à l’ancienne basilique où se trouvent les corps des trois petits voyants pour se tourner vers la nouvelle « église », l’église conciliaire, la contre-Église, son clergé et son pontife venu tout spécialement pour l’occasion du Vatican occupé.

 

cliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grand

cliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grand

cliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grand

cliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grandcliquez ici pour voir en grand

Publicités
Une étrange architecture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s