Luther patron de l’unité des chrétiens

lutherbergoglioLa semaine de prière pour l’unité des chrétiens a été célébrée sous le patronage de Martin Luther. Une célébration avait été préparée par le Conseil pontifical pour l’Unité des chrétiens conjointement avec la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises et plus précisément avec le Conseil des Églises en Allemagne (ACK). Elle avait pour slogan les mots du Pape François : “Luther est un témoin de l’Évangile”.
Si parler d’“Église catholique” ne pose pas de problème, parler d’“église” pour qualifier les groupes et mouvements issus de la Réforme est une erreur, comme l’a enseigné le Cardinal Ratzinger lorsqu’il était Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi : « Il existe une unique Église du Christ, qui subsiste dans l’Église catholique, gouvernée par le successeur de Pierre et les Évêques en communion avec lui. Les églises qui, quoique sans communion parfaite avec l’Église catholique, lui restent cependant unies par des liens très étroits comme la succession apostolique et l’Eucharistie valide, sont de véritables églises particulières. (…) En revanche, les Communautés ecclésiales qui n’ont pas conservé l’épiscopat valide et la substance authentique et intégrale du mystère eucharistique, ne sont pas des églises au sens propre (…). Aussi n’est-il pas permis aux fidèles d’imaginer que l’Église du Christ soit simplement un ensemble – divisé certes, mais conservant encore quelque unité – d’églises et de Communautés ecclésiales ; et ils n’ont pas le droit de tenir que cette Église du Christ ne subsiste plus nulle part aujourd’hui de sorte qu’il faille la tenir seulement pour une fin à rechercher par toutes les églises en commun. » (Cf. Déclaration “Dominus Jesus”.)

La célébration imaginée pour marquer la semaine de l’unité des chrétiens catholiques et réformés a commencé par une demande de pardon “pour les péchés de division” commis “après la réforme”. Pas une seule mention de celui ou de ceux qui furent responsables de la division... Puis est venu le clou de la cérémonie : la construction d’un mur en boîtes à chaussures portant chacune le nom d’un de ces péchés : manque d’amour, discrimination, intolérance, division, abus de pouvoir, orgueil… Une fois le catalogue des “péchés” refermé, les participants ont été invités à démanteler du mur et à récupérer les boîtes pour les disposer de façon à former une croix.

S’il y a bien une chose qui pourrait susciter un désir d’unité entre chrétiens, c’est le refus commun de jouer bêtement avec des boîtes à chaussures. Source ProLiturgia Mercredi, 25 janvier 2017.

Note de la rédaction : Le cardinal Ratzinger reprend la définition fautive conciliaire de l’Église du Christ « subsistant » dans l’Église catholique.

Publicités
Luther patron de l’unité des chrétiens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s