IL EST DÉSORMAIS INTERDIT DE POSER DES QUESTIONS

Rigides et doctrinaux quatre cardinaux ont tenté d’enrayer la dérive morale du Magistère confus de François. Quatre,  la loi du nombre est cruelle, on se souvient qu’après le brigandage du concile il n’y en eut que deux à faire face à la démolition infiniment plus grave de la doctrine, de la mutation des sacrements et de la mise en place de la nouvelle religion

Cardinal Pell sur les « dubia » : « Comment peut-on être en désaccord avec une question ? »

Le Cardinal George Pell a exprimé son soutien aux quatre cardinaux qui ont soumis au Pape leurs « dubia » à propos de l’interprétation d’Amoris Laetitia. Après une allocution donnée à Londres, il a été demandé au cardinal australien s’il était d’accord avec les questions que les cardinaux ont posées au Pape François. « Comment peut-on être en désaccord avec une question ? », a-t-il répondu, avant d’ajouter que ces questions étaient « pertinentes ».

Pendant son intervention, le Cardinal Pell a longuement parlé de la juste compréhension de la conscience en rapport avec la loi morale. Il a mentionné la préoccupation du Cardinal Newman au sujet d’une « misérable contrefaçon » de la conscience qui promeut « le droit à l’autodétermination ». Une conscience doit être convenablement formée, a déclaré le cardinal Pell. « Lorsqu’un prêtre et un pénitent essaient de discerner la meilleure manière d’avancer au niveau de ce que l’on appelle le for interne », a-t-il affirmé, ils devraient toujours se référer à la loi morale. Le prélat a continué en expliquant que « l’idée qu’on puisse d’une façon ou d’une autre discerner que les vérités morales ne devraient pas être suivies ou ne devraient pas être reconnues est absurde ».

*******

(Catholic Herarld/Christ-Roi) Un nouveau haut personnage de l’Eglise, le cardinal George Pell, se prononce sur les questions posées par les Quatre cardinaux Meisner, Brandmüller, Caffara et Burke au pape François, au sujet d’Amoris Laetitia. Ces questions « ont du sens ».

Au journaliste Dan Hitchens du « Catholic Herald » qui lui demandait s’il était d’accord avec les questions posées, le Cardinal Pell a répondu :

« Comment pourrait-on ne pas être d’accord avec une question ? » « Ceux qui mettent l’accent sur « la primauté de la conscience » ne semblent l’appliquer qu’à la morale sexuelle. On a rarement conseillé aux gens de suivre leur conscience lorsqu’ils disaient être racistes…», a déclaré le cardinal George Pell, au cours d’un discours qu’il a donné à Londres, à l’église Saint-Patrick, mardi 29 novembre.

Le cardinal a déclaré que la conscience doit se référer à la vérité révélée et à la loi morale.

Le cardinal George Pell a déclaré qu’«un certain nombre de catholiques qui pratiquent l’adoration régulièrement» sont «troublés par le tournant des événements» dans l’Église. Dans un discours à l’église Saint-Patrick, à Londres, le cardinal Pell a déclaré qu’une cause de préoccupation était les fausses théories sur la conscience et sur la loi morale.

Le cardinal Pell donnait une conférence sur Saint Damien de Molokai dans le cadre de la série de conférences de Saint-Patrick pour l’Année de la Miséricorde. Mais il a également réfléchi sur le catholicisme aujourd’hui. Il a dit que tandis que le pape François a «un prestige et une popularité en dehors de l’Église» plus grand que peut-être tout pape précédent, certains catholiques sont actuellement mal à l’aise.

Plus tard dans son discours, le cardinal australien, qui a été invité à diriger les réformes financières du Pape Francois et membre du groupe de conseillers du « C9 » du pape, a critiqué certaines des idées sur la conscience qui ont actuellement cours dans l’Église.

Le cardinal Pell a déclaré que mettre l’accent sur la «primauté de la conscience» pouvait avoir des effets désastreux si la conscience ne se soumettait pas toujours à l’enseignement révélé et à la loi morale. Par exemple, «quand un prêtre et un pénitent essaient de discerner le meilleur chemin à suivre dans ce qu’on appelle le for interne», ils doivent se référer à la loi morale. La conscience n’est «pas le dernier mot parmi plusieurs possibilités», a déclaré le cardinal. Il a ajouté qu’il était toujours nécessaire de suivre l’enseignement moral de l’Église. Le cardinal a raconté l’histoire d’un homme qui dormait avec sa petite amie, et demanda à son prêtre s’il pouvait recevoir la communion. Il était «trompeur», a dit le cardinal, de dire simplement à cet homme de suivre sa conscience.

Il a ajouté que ceux qui mettaient l’accent sur «la primauté de la conscience» ne semblaient l’appliquer qu’à la morale sexuelle et aux questions autour du caractère sacré de la vie humaine. On a rarement conseillé aux gens de suivre leur conscience lorsqu’ils disaient être racistes, ou réticents à aider les pauvres et les vulnérables, a dit le cardinal.

Ses commentaires viennent après trois ans de débat sur l’enseignement de l’Église concernant la communion pour les divorcés et remariés. Le Cardinal Pell figurait parmi les hauts responsables qui ont publiquement soutenu la doctrine traditionnelle répétée dans la Familiaris Consortio du Pape Jean-Paul II – que les remariés ne devraient pas recevoir la communion à moins qu’ils ne vivent «comme frère et sœur» [C’est inexact : s’abstenir de relations intimes en-dehors du seul mariage sacramentellement valide est une condition nécessaire, mais Familiaris Consortio n’enseigne pas qu’elle soit suffisante pour permettre l’accès aux sacrements sans qu’un motif grave démontre l’impossibilité d’une séparation complète des deux adultères, NdEN]. Mais certains prélats ont suggéré une approche différente. Par exemple, le cardinal Blase Cupich a soutenu que la conscience de quelqu’un pourrait lui dicter de recevoir la communion, et que « la conscience est inviolable».

Le Cardinal Pell, citant les écrits du bienheureux John Henry Newman sur la conscience, dans laquelle Newman a rejeté une «contrefaçon misérable» de la conscience qui la définit comme «le droit à l’autodétermination». Il a noté que Newman défendait les papes Pie IX et Grégoire XVI, qui, selon les mots du cardinal Pell, «condamnaient une conscience qui rejetait Dieu et rejetait la loi naturelle». Le cardinal a également rendu hommage à «deux grandes encycliques» de Jean Paul II, Veritatis splendor et Evangelium Vitae, qui présentent la loi morale comme quelque chose de contraignant dans tous les cas.

Lorsqu’on lui a demandé si le malaise de certains catholiques, à propos de l’état de l’Église, était lié à des fausses théories sur la conscience, le cardinal Pell a dit: «Oui, c’est exact». Il a ajouté: «L’idée que vous pouvez discerner que les vérités morales ne doivent pas être suivies ou ne devraient pas être reconnues est absurde». «Nous sommes tous sujets à l’autorité de la vérité», a déclaré le cardinal, soulignant que la vérité objective peut être «différente de notre compréhension de la vérité». Il a également déclaré que tandis que la doctrine se développe, il n’y a pas de «pas de renversement de sens».

Le cardinal Pell a été interrogé sur la lettre à François de Quatre cardinaux demandant des éclaircissements sur la récente exhortation du Pape, Amoris Laetitia. Les cardinaux ont demandé au Pape de confirmer que cinq points de l’enseignement catholique sont toujours valables. Il s’agit notamment de l’enseignement selon lequel les « remariés » ne peuvent pas recevoir la communion, et l’enseignement selon lequel certains absolus moraux n’ont pas d’exception.

Le pape n’a pas répondu à la demande des quatre cardinaux, qui a été envoyée il y a deux mois. Les cardinaux ont pris cela comme une invitation à publier leurs questions et à poursuivre la discussion. Le président de la conférence des évêques grecs a déclaré que les quatre cardinaux étaient coupables de «péchés très graves» et pourraient provoquer un schisme [Cette accusation est objectivement fausse. La procédure des « dubia » envoyés au Saint-Siège, telle que les quatre cardinaux l’ont appliquée, fait partie de la vie normale de l’Église.

Interrogé sur son accord ou son désaccord avec les questions des cardinaux, le cardinal Pell a répondu: «Comment pouvez-vous être en désaccord avec une question?». Il a ensuite dit que les cinq questions étaient «pertinentes». Source (Catholic Culture/Espérance Nouvelle)

 

Publicités
IL EST DÉSORMAIS INTERDIT DE POSER DES QUESTIONS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s