Fête du Sacré Cœur

Sacré-Coeurbrodé

Cette fête est célébrée le 3e vendredi après la solennité de la Pentecôte. Le Sacré Cœur est apparu un certain nombre de fois à Sainte Marguerite Marie Alacoque. Les deux plus célèbres sont celles de juin 1675 et du 17 juin 1689.

Lors de la première Jésus demande, en lui montrant son Cœur: « Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes, […] jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart qu’ingratitude.  Je te demande que le premier vendredi après l’octave du saint sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon cœur… ».

La famille royale et l’Église de France ont effectué de nombreuses démarches auprès des papes pour que se répandent cette dévotion, que Clément XIII approuve officiellement et institue le 6 février 1675.

Le 17 juin 1689 (voir la chronique du jour), 100 ans jour pour avant que la révolution française soit réalisée sur le plan législatif, le Christ lui donne un message pour le Grand Roi, afin de sauver sa famille et la France de leurs ennemis.

Il l’a charge de 4 messages pour le monarque français :

le premier message s’adresse au Roi ; le Christ « désire entrer avec pompe et magnificence dans la maison des princes et du Roi, pour y être honoré, autant qu’il y a été outragé, méprisé et humilié en sa passion. »

Il ajoute : << Fais savoir au fils aîné de mon Sacré-Cœur que, comme sa naissance a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma sainte enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécration qu’il fera de lui-même à mon cœur adorable qui veut triompher du sien et, par son entremise, de celui des grands de la terre… pour le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte Église »

Le second message concerne encore Louis XIV, Jésus Christ voulant : « établir son empire dans le cœur de notre Grand monarque, duquel il veut se servir pour l’exécution de ses desseins.  »

 Le troisième message demande au Roi :  » d’être peint sur ses étendards et gravé sur ses armes pour le rendre victorieux de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds les têtes orgueilleuses et superbes, afin de le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte-Église « .

 Le quatrième message est : de  » faire construire un édifice où sera le tableau de ce divin Cœur, pour y recevoir la consécration et les hommages du Roi et de toute la cour. Dans cet édifice le chef de la nation française reconnaîtra l’empire du divin Cœur sur lui-même et la nation, il proclamera sa royauté, se dira lieutenant du Christ « .

Sainte Marguerite-Marie résume les conséquences du culte public au Sacré-Cœur :  » Je prépare à la France un déluge de grâces lorsqu’elle sera consacrée à mon divin cœur.  »

Des 4 demandes du Christ seule la dernière a été réalisée. Il reste à trouver « le chef de la nation française qui reconnaîtra l’empire du divin Cœur sur lui-même et la nation, et qui proclamera sa royauté, se disant lieutenant du Christ. »

Rappelons les promesses du Christ pour ceux qui pratiquerons et répandrons la dévotion à son Sacré-Cœur :

Le 27 décembre 1673, le Sacré Cœur apparaît à Marguerite Marie Alacoque et lui demande d’avoir une dévotion à son Sacré Cœur. Il fixe les deux principales dévotions, l’heure sainte et la communion du 1er vendredi du mois. A tous ceux qui se consacreront à son Sacré Cœur il promet :

1- Je leur donnerai toutes les grâces dans leur état.

2- Je mettrai la paix dans leur famille.

3- je les consolerai dans toutes leurs peines.

4- Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort.

5- Je répandrai d’abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.

6- Les pécheurs trouveront dans mon cœur la source et l’océan infini de la miséricorde.

7- Les âmes tièdes deviendront ferventes.

8- Les âmes ferventes s’élèveront à une grande perfection.

9- Je bénirai les maisons où l’image de mon Sacré Cœur sera exposée.

10-. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis.

11- Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon cœur, où il n’en sera jamais effacé.

12- Je te promets, dans l’excès de la miséricorde de mon cœur, que mon amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredi, neufs fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu’ils ne mourront point dans ma disgrâce ni sans recevoir les sacrements, et qu’il se rendra leur asile assuré à cette heure dernière. »(*)

Publicités
Fête du Sacré Cœur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s