France fidèle…..à qui ?

Ou peut-on tordre la foi pour conserver la foi ?

 

Du modernisme au sommet de l’église : comment réagir de façon catholique .

La dernière lettre de M l’abbé Schmidberger est intéressante à bien des égards. Elle manifeste d’abord au grand jour les intentions des supérieurs actuels de la Fsspx : se rallier juridiquement à Rome parce que la situation canonique semble « anormale ». [Ce qui implique que l’église conciliaire est la norme]
Le lien juridique avec le pape semble donc être premier dans l’esprit de ces actuels supérieurs. Le lien de la Foi passe au second plan. [On ne peut pas distinguer le lien juridique et le lien de foi ce n’est pas catholique, le Pape étant la règle prochaine de la foi] Pour eux, peu importe les hérésies du pape actuel,[Un Pape ne peut pas être hérétique et propager l’hérésie, c’est contraire à la foi, ce n’est pas catholique] l’essentiel est d’être dans les clous juridiques avec le pape. Avec le nouveau code de droit canon en sus.

D’autre part l’abbé Schmidberger insiste lourdement sur la fonction papale et la nécessaire soumission à celle-ci pour rester catholique [Boniface VIII l’enseigne il est nécessaire au salut d’être soumis au Pontife Romain, il ne parle pas de la fonction qui n’est qu’un être de raison, une idole conceptuelle]. Au point qu’il reproche à la résistance catholique de n’avoir aucun sens de l’Église.
C’est qu’au fond, M l’abbé Schmidberger divinise la fonction papale.[Le Pape est le Vicaire de Notre Seigneur Jésus-Christ, or Jésus-Christ est Dieu, excepté pour les ariens et autres hérétiques, et Il a confié son Église à Pierre, qui vous méprise ME méprise] Grande et subtile tentation que nous retrouvons exprimée sous une autre forme pratique chez les sédévacantistes.

Il y a en effet une similitude entre la pensée des sédévacantistes et celle de l’abbé Schmidberger : leur principe de base est « le Pape, en tant que pape, est infaillible en toutes les actions [actions qui, dans la nouvelle théologie de la praxis, équivalent à enseignement] qui concernent la foi et les mœurs que ce soit en sa personne ou sa fonction« [La distinction de la personne et de la fonction est condamnée son origine est janséniste, de plus elle contredit l’adage scolastique actiones sunt suppositorum] Les conséquences logiques découlent alors :

1. S’il se trompe en tant que pape c’est donc qu’il n’est pas pape car le pape ne peut exprimer des erreurs sur la Foi et les mœurs. (sédévacantisme)[catholique, un enfant de cinq ans avec son catéchisme]
2. S’il se trompe c’est nous qui le pensons et c’est nous qui nous trompons en réalité car le pape est au dessus de nous pour juger des choses de foi et de mœurs. On ne comprend pas tout, on semble voir des contradictions mais en fait il n’y en a pas. (ralliérisme radical )
3. S’il se trompe, on peut tout de même se soumettre à sa personne parce qu’en fait on se soumet à sa fonction papale qui est divine (ralliérisme modéré de Mgr Fellay ou de l’abbé Schmidberger comme vous voulez).

Nous sommes bien loin de la sagesse de Mgr Lefebvre qui constatait les hérésies venant du pape mais n’en pouvait conclure de façon absolue à sa déchéance (contre le sédévacantisme)[contre la foi]. Il reconnaissait certes sa fonction mais avait aussi compris que l’on ne pouvait en pratique [et en théorie ?] dissocier la fonction et la personne. Et la personne du pape étant atteinte par le modernisme, la fonction en était corrompue dans son exercice.[agere sequitur esse, la personne du Pape étant atteinte par le modernisme, le libéralisme, le panchristianisme, le faux œcuménisme maçonnique…il est pleinement hérétique et condamné par ses prédécesseurs] Les modernistes savent bien utiliser les personnes et les mettre à des fonctions ecclésiales majeures pour justement corrompre la Foi traditionnelle. Dire que l’on peut en pratique distinguer la fonction de la personne c’est de l’idéalisme germanique de premier niveau. Un père alcoolique reste autant père qu’alcoolique : en pratique sa femme et ses enfants subissent d’autant plus les méfaits de l’alcoolisme du père que celui-ci est leur père. [Et là, nous sombrons dans le naturalisme maçonnique, ce qui reste valable dans une famille naturelle ne l’est pas dans le domaine surnaturel de la foi] C’est la raison pour laquelle Mgr Lefebvre préférait attendre la fin de cette crise [Lâcheté ? Refus de se prononcer solennellement ? L’Église n’étant pas fondée sur Mgr Lefebvre, mais sur Pierre, cette position est intenable, surtout si l’on prétend respecter la fonction de l’actuel occupant]( et prendre ses distances avec la Rome actuelle) et exigeait des 4 évêques de remettre leur épiscopat entre les mains d’un pape redevenu parfaitement catholique. [Car seul le Pape donne la juridiction, mais il refuse de nous dire ce qu’est un Pape imparfaitement catholique, et voilà 25 ans qu’il nous a quitté et que personne ne nous donne la réponse]

Les erreurs :

1 Sur l’infaillibilité du Pape

2 Sur la soumission nécessaire au Souverain Pontife pour le Salut

3 Sur le fait qu’un hérétique peut être Pape

4 Sur le diagnostic : il n’est pas seulement moderniste

5 Naturalisme dans l’analogie du père de famille

Publicités
France fidèle…..à qui ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s