Le début de la fin

 

  • le 13 avril 1598 : signature de l’Édit de Nantes.

Proclamation de l’édit de Nantes

En mettant ainsi fin aux guerres de religion, Henri IV rend un grand service à la France. S’il constate et déplore dans le préambule de l’édit, que les Français ne puissent pas être unis par la religion, il essaie de le faire par l’amour de la patrie.

Le Roi Henri IV et son secrétaire Pierre Forget de Fresnes signent donc avec des émissaires protestants l’édit de Nantes. Les huguenots obtiennent du Roi de France, des droits qui sont exorbitants pour l’époque : la liberté de conscience et des garanties en matière de droits. Les protestants peuvent se vouer à leur culte dans deux villages par bailliage ainsi que dans les villes où leur religion est déjà ancrée. Jouissant de l’égalité civile, ils peuvent occuper des postes publics, et ont pour garantie la concession de plus de 100 villes françaises. Les anciens temples leur sont restitués et ils peuvent également en construire de nouveaux. Les Huguenots peuvent former un État dans l’État. Ils ne s’en privent pas ; la reconquête du Royaume par Louis XIII et Richelieu les armes à la main et les difficultés de Louis XIV avec les Camisards trouvent certainement leurs origines dans ce qu’aujourd’hui on appelle de la discrimination positive aux dépens de l’unité nationale. (Cf. la chronique sur la Révocation de l’Édit de Nantes du 18 octobre)

Jean Guiraud note ainsi dans le tome 3 de son livre Histoire partiale – Histoire vraie, (chapitres I, pages 6 à 21) :

« …mais force nous est de reconnaître : qu’il accordait des privilèges aux protestants et qu’au lieu de les fondre dans l’unité française, il les organisait en État dans l’État ; qu’ainsi organisés, les protestants, au cours du XVIIe siècle, se révoltèrent à plusieurs reprises, faisant cause commune avec les ennemis du pays, et qu’ils profitèrent trop souvent de l’édit pour continuer leur guerre au catholicisme et compromettre l’unité nationale. […] Si au lendemain des guerres de Vendée, les Vendéens et les Chouans avaient obtenu à Nantes, à Rennes, à Poitiers, à Caen, l’établissement de tribunaux composés par moitié de Blancs et de Bleus, quelles protestations n’auraient pas élevées les Bleus ! Si de nos jours, où catholiques et libres penseurs sont aussi ennemis les uns des autres que jadis protestants et catholiques, les tribunaux et les Cours d’appels étaient composés par moitié de libres penseurs nommés par le gouvernement et de catholiques agréés par les évêques, les auteurs « laïques » ne manqueraient pas de réclamer contre un pareil envahissement de la magistrature par le catholicisme. Ce qui aurait paru excessif au lendemain de la Révolution, ce qui semblerait inouï de nos jours, c’est précisément ce que l’édit de Nantes accordait aux protestants. »

Par ailleurs, l’article 22 impose à l’Église catholique de recevoir, soigner et héberger les malades d’une part et de former et éduquer gratuitement les protestants d’autre part, sans leur imposer la même contrepartie, à une époque où l’état ne participe absolument pas à ces frais qui ne sont pas des services publiques :

« Ordonnons qu’il ne sera fait différence ni distinction, pour le regard de ladite Religion (prétendue Réformée), à recevoir les écoliers pour être instruits ès universités, collèges et écoles ; et les malades et pauvres ès hôpitaux, maladreries et aumônes publiques ».

En dépit du serment du sacre, de combattre l’erreur et de promouvoir la Vérité, l’article 57 leur accorde d’ouvrir et d’entretenir des écoles. L’année même du sacre, des lettres patentes de 1594, autorisent la fondation des Universités protestantes de La Rochelle, Nîmes et Montélimar. L’Édit, quatre ans plus tard, en interdit l’usage pour les catholiques !

Mais pire encore, un des articles secrets de l’édit de Nantes exigés par l’Assemblée protestante de Châtellerault laisse aux mains des Réformés toutes les places, villes et châteaux qu’ils occupent fin de 1597.Henri IV en dresse la liste, à Rennes, les 12,14, 17 et 18 mai 1598 ; il y en a 142. Jean Guiraud les rappelle dans son chapitre et pose la question suivante :

« Au lendemain des guerres de Vendée, aurait-on imaginé la Convention abandonnant aux Vendéens les principales places des pays qu’ils occupaient ? Qu’aurait-on pensé d’un tel privilège? N’y aurait-on pas vu une atteinte portée à l’unité nationale ? »

Et le Roi va encore plus loin, puisqu’il s’oblige à entretenir ces places sur les finances royales, pendant toute la durée de leur concession avec 180.000 écus par ans. Et à la stupeur de tous, catholiques comme réformés, il accepte que les Églises locales rejettent les nominations royales des gouverneurs des dites places.

Jean Guiraud conclut en citant un historien que personne ne peut qualifier de pro catholique : M. Hanotaux, ancien ministre des Affaires étrangères de la République :

« Avec ses 95 articles publiés et vérifiés, avec ses 56 articles secrets, avec son brevet réglant la somme due annuellement par le roi aux protestants, avec ses seconds articles secrets, au nombre de 23, où il est spécialement question des places de sûreté, l’édit de Nantes forme la Charte du parti réformé de France. Son objet n’est nullement d’établir le règne de la paix et de la tolérance sous un gouvernement unique, mais bien d’attribuer à une partie de la nation des libertés particulières et des privilèges qui la constituent en corps indépendant ».

Pour toutes ces raisons, les Parlements eurent beaucoup de mal à enregistrer l’Édit. Les Protestants loin de se réjouir de leurs nouveaux droits sont très mécontents du texte ; c’est en effet la matérialisation de leurs échecs à conquérir le pouvoir en France pour y détruire la religion catholique comme ils l’ont fait dans le nord de l’Europe. Et les premiers à fouler l’Édit aux pieds sont ces mêmes protestants qui continuent leurs réunions politiques alors que le texte le leur interdit. Alors que l’Édit garantit aussi la liberté religieuse des catholiques, ils s’emploient dans toutes les places fortes qu’ils tiennent à les persécuter et à interdire la pratique des sacrements.

Après la mort du Roi, ils vont même s’organiser militairement, divisant la France en 8 départements militaires, nommant généralissime Bouillon puis Rohan lequel aspire à rejeter les Bourbons qui, en se convertissant au catholicisme, avait déçu leurs espérances, pour instaurer une « République fédérale protestante comme les Provinces-Unies ».

Publicités
Le début de la fin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s