Le saint qui a permis le soulèvement des Vendéens

Fête le 28 avril

Aîné des dix-huit enfants d’un avocat breton, Louis naît à Montfort près de Rennes. A 19 ans, il entre au séminaire Saint-Sulpice de Paris. Prêtre en 1700, il devient aumônier de l’hôpital de Poitiers. Il partage la table des pauvres malades et regroupe les jeunes filles désireuses de servir les pauvres. Parmi elles, Marie-Louise Trichet, fille d’un haut magistrat qui, lui, ne l’entend pas de cette oreille. Les réformes de Louis-Marie indisposent la bourgeoisie de la ville qui le congédie de l’hôpital. Mais les missions attirent Louis-Marie. Il se rend à Rome pour demander d’être envoyé au loin. Le Pape l’envoie … en France comme prédicateur des missions paroissiales. Là encore il déchaîne l’enthousiasme des uns et la colère des autres : »Monsieur de Montfort est fou. » Entièrement voué à la Mère de Dieu, il écrit « l’Amour de la Sagesse éternelle » et surtout « le Traité de la vraie dévotion à Marie. » Il mène les foules à Jésus par Marie. Vient le temps des fondations. Les jeunes filles de l’hôpital de Poitiers deviennent l’œuvre des « Filles de la Sagesse ». Il rêva aussi d’une petite compagnie de prêtres pour les missions populaires : les Missionnaires de la « Compagnie de Marie » qui ne verront le jour qu’après sa mort. Saint Montfort est reconnu aujourd’hui comme Fondateur de trois congrégations religieuses : les Pères Missionnaires Montfortains, appelés à l’origine « Compagnie de Marie », les Filles de la Sagesse et les Frères de saint Gabriel.

15563178

Lien avec la guerre de Vendée

En effet, s’il est vrai que Louis-Grignon de Montfort n’est pas directement lié à la Guerre de Vendée, puisqu’il est mort en 1716 soit près de 80 ans avant, il n’en reste pas moins que l’étude des évènements qui se sont déroulés avant et pendant la Guerre de Vendée, montrent que la cause majeure du soulèvement est en réaction aux atteintes que la Révolution a mené contre la religion sous toutes ses formes.

Et cette Foi intégrée dont les « Vendéens » ont fait preuve, a été développée et entretenue par le Père de Montfort et ses successeurs.

Lorsqu’on aborde la Guerre de Vendée, il s’agit, non pas du département de la Vendée (ou du diocèse de Luçon), mais de ce que l’on appelle la Vendée Militaire, c’est à dire un territoire qui s’étend sur quatre départements : les 2/3 de la Vendée départementale, une partie des Deux-Sèvres, du Maine et Loire et de la Loire-Atlantique.

A l’époque ce territoire « insurgé » concernait plusieurs diocèses dont les contours étaient très différents d’aujourd’hui (Luçon, Angers, La Rochelle et Nantes).

Or, sur les 72 missions que le Père de Montfort a prêchées dans l’Ouest, les 2/3 concernent cette région, la future Vendée Militaire. De plus son œuvre a continué : notamment, les « mulotins » y organisèrent 84 missions entre 1740 et 1779, (notamment, 29 à Beaupréau, 5 à Cholet, à la Séguinière etc.…).

Dans presque toutes les paroisses, des prêtres réfractaires ont continué à exercer un ministère clandestin, cachés et protégés par la population au risque d’encourir les mesures de répression terribles de la part des autorités révolutionnaires qui les traquaient.

Comment expliquer ces nombreux actes de courage et de pardon qui se sont déroulés autrement que par une Foi intégrée ?

C’est ainsi que lors de la canonisation du Père de Montfort en 1947, le Pape Pie XII proclamait dans son panégyrique du nouveau Saint, que sa « prédication a été la source même dans laquelle la Vendée martyrisée a puisé son indomptable énergie dans sa lutte héroïque contre la Révolution satanique de 1793, splendide épopée écrite dans le sang …». »

 

Litanies de saint Louis-Marie de Monfort

Seigneur, ayez pitié de nous,
Jésus-Christ, ayez pitié de nous,
Seigneur, ayez pitié de nous,
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous,
Père céleste qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Sainte Marie, priez pour nous.

Médiatrice de toutes les grâces, priez pour nous.
Reine des cœurs, priez pour nous.
Saint Louis-Marie de Monfort, priez pour nous,
fidèle imitateur de Jésus-Christ, priez pour nous,
prédicateur éloquent de la Croix, priez pour nous,
chantre du Sacré-Cœur, priez pour nous,
dévot esclave de Jésus en Marie, priez pour nous,
apôtre du très saint Rosaire, priez pour nous,
homme d’oraison, priez pour nous,
prodige de mortification, priez pour nous,
amant passionné de la pauvreté, priez pour nous,
champion intrépide de la vérité, priez pour nous,
défenseur ardent de la foi catholique, priez pour nous,
zélateur infatigable de la gloire de Dieu et du salut des âmes, priez pour nous,
restaurateur des temples du Seigneur, priez pour nous,
père des pauvres, priez pour nous,
secours des infirmes et des malades, priez pour nous,
instituteur de l’enfance et de la jeunesse, priez pour nous,
fondateur de congrégations religieuses, priez pour nous,
modèle des prêtres et des missionnaires,obtenez-nous la véritable sagesse,
saint Louis-Marie de Monfort, l’esprit de foi,
saint Louis-Marie de Monfort, l’esprit de prière,
saint Louis-Marie de Monfort,l’esprit d’humilité,
saint Louis-Marie de Monfort,l’amour de la croix,
saint Louis-Marie de Monfort,votre vraie dévotion à Marie,
saint Louis-Marie de Monfort,votre amour pour l’Église,
saint Louis-Marie de Monfort,votre dévouement au Vicaire de Jésus-Christ,
saint Louis-Marie de Monfort, votre obéissance filiale au Pape infaillible,
saint Louis-Marie de Monfort, votre courage dans les épreuves,
saint Louis-Marie de Monfort, votre amour de la vie cachée,
saint Louis-Marie de Monfort, votre zèle pour la conversion des pécheurs,
saint Louis-Marie de Monfort, la persévérance dans le bien,
saint Louis-Marie de Monfort,la grâce d’une bonne mort,
saint Louis-Marie de Monfort,le règne de Jésus par Marie,
saint Louis-Marie de Monfort.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

V. Saint Louis-Marie de Monfort
R. Intercédez pour nous.

Prions

Ô Dieu, qui avez fait de saint Louis-Marie un prédicateur éminent du Règne de votre Fils unique, et par lui avez suscité dans votre Église une double famille religieuse; daignez nous accorder, selon son enseignement et à son exemple, la grâce de servir toujours sous le joug suave de la bienheureuse Vierge Mère, ce même Fils bien-aimé qui vit et règne avec vous en l’unité du Saint-Esprit dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge
Le Secret admirable du très saint Rosaire
L’Amour de la Sagesse éternelle
Lettre circulaire aux amis de la Croix
Maximes et leçons de la Divine Sagesse
Le Secret de Marie sur l’esclavage de la Sainte Vierge
Aux Associés de la Compagnie de Marie
Contrat d’alliance avec Dieu
Lettre ouverte aux Habitants de Montbernage
Prière embrasée
Les Règlements
Règles des prêtres missionnaires de la Compagnie de Marie
Règles des Filles de la Sagesse (ou de la Providence)
Le testament de Louis-Marie Grignion de Montfort

Publicités
Le saint qui a permis le soulèvement des Vendéens

A propos d’une distinction

Quelques uns semblent faire grand cas d’une distinction qui leur permettrait de rester sur une soi-disant ligne de crête. Il faut, disent-ils, distinguer le prévaricateur de la fonction, avoir du respect pour la fonction, tout en regrettant que celui qui l’occupe ne l’exerce pas dans son exigeante intégralité. Ils pensent rester catholiques par le seul fait qu’ils nomment Papes, des modernistes, libéraux, philo-maçons, faux oecuménistes……des hérétiques qui ne seraient pas conscients de leurs errances..

Le postulat erroné étant : Quoique fasse celui qui occupe la Chaire de Pierre, il demeure Pape.

Personne n’étant habilité à juger le Premier Siège, on laisse donc cela à un futur Pape…..et l’on fait comme si celui là l’est, tout en lui résistant.

De quel respect envers la Papauté fait-on preuve quand on professe que ces dhimmis du talmudisme sont les véritables Vicaires de Notre Seigneur Jésus-Christ ?

murPapesDe quel respect envers la Papauté fait-on preuve quand on proclame que quoi qu’ils fassent ils demeurent Papes ? Et même saints ?

B16sorcierQuelle est la fonction respectée par ce sorcier aborigène ?

FrançosMosquéeQuelle fonction respecte-t-on quand on déclare que celui qui occupe la chaire de Pierre peut porter atteinte à la sainteté du sacrement de mariage ?

B16Luthériens2Quelle fonction respecte-t-il celui qui fait l’éloge de Luther ?

P6tiara

Qui respecte-t-il le Vicaire qui découronne son Maître ?

A la vue de ces quelques images nous pouvons constater que ceux qui méprisent la fonction ne sont pas forcément ceux que l’on pense. Et si tous se taisent la Vérité n’en est-elle pas moins blessée ?

A propos d’une distinction

Un point de vue réaliste

LA SURVIE DE LA FRANCE A REPOSÉ SUR TROP PEU DE FAMILLES

De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique :

« Il est de bon ton, et le propos n’est pas sans fondements, de se lamenter sur les malheurs des temps, de déplorer le déclin de la France, de fustiger les oligarchies qui nous dirigent – on n’ose plus parler d’élites lorsqu’un ministre nous parle des « journals » qu’il lit et qu’un autre confond la semaine de Pâques avec la semaine sainte –, etc. Tout cela est vrai ! Cependant, il ne faut jamais perdre de vue que cet état de fait est le fruit d’une lutte quasiment permanente, depuis plus de deux siècles, des autorités politiques et intellectuelles de notre pays contre l’âme de la France, son Histoire, son peuple, sa mémoire, ses traditions, ses racines…

Les sursauts français

L’Histoire nous a cependant montré à plusieurs reprises que ce peuple que l’on croyait mort n’était, en fait, qu’en dormition. Le renouveau catholique du XIXe siècle après les folies révolutionnaires, le sursaut de Verdun et l’Union sacrée dans les tranchées après des décennies de persécutions anti-catholiques, l’avènement d’un gouvernement, issu de la Chambre du Front populaire, souhaitant la mise en valeur du Travail, de la Famille et de la Patrie, après la pire défaite militaire qu’ait jamais subie notre pays, les foules européennes et musulmanes du 13 mai 1958, à Alger, rassemblées autour du projet d’une Algérie française et fraternelle ; l’ampleur et la jeunesse, en 2013, du mouvement de résistance à la dénaturation du mariage, etc. Tous ces événements se sont produits à contre courant d’un prétendu sens de l’Histoire qui conduirait irrésistiblement à l’avènement de l’individu-roi et à la destruction des communautés naturelles et enracinées. Pendant ces années d’épreuve, la Providence ne s’est pas désintéressée du sort de la France. La Très Sainte Vierge Marie se déplaçant elle-même pour l’appeler à la prière et à la conversion en 1871 à Pontmain, en 1876 à Pellevoisin et en 1947 à L’Île-Bouchard.

Une caste dirigeante indigne

Les classes dirigeantes de notre pays partagent ensemble, au mieux une indifférence polie vis-à-vis d’un héritage multimillénaire qui les écrase, parce qu’elles sont intellectuellement incapables de le comprendre, et spirituellement hors d’état de le vivre ; au pire une haine féroce d’un passé prestigieux qui les renvoie à la médiocrité de leurs egos hypertrophiés et de leurs combines de boutiquiers. L’hostilité au catholicisme reste un marqueur majeur, au-delà du prétendu clivage droite-gauche, entre « hommes de progrès ». Les récentes curées, si j’ose dire, médiatiques contre NNSS Aillet et Barbarin en sont une illustration symptomatique.

Des familles fidèles

Contre les vents dominants de la pensée unique, de la facilité et de l’égoïsme triomphants, des familles de France ont, envers et contre tout, continué à transmettre d’abord la vie, ensuite un précieux patrimoine intellectuel, culturel, spirituel mais aussi matériel et familial. Elles ont transmis à leurs enfants des repères qui sont des phares dans la tempête. Le phare ne peut mettre fin à la tempête – seul le Seigneur peut l’apaiser –, mais il montre la voie du Salut et signale les écueils à éviter. Ces familles, méprisées par les autorités politiques, longtemps ignorées – au mieux, par les autorités religieuses qui contestaient l’enseignement d’Humanæ Vitæ – ont maintenu dans leurs mains tremblantes la petite flamme vacillante de la piété filiale, de l’espérance surnaturelle, de la foi intégrale et de la charité agissante. Elles ont préparé le terreau sur lequel pourront pousser les fleurs de sainteté militante qui permettront à la France de renouer avec sa vocation de Fille aînée de l’Église. Cependant ne nous leurrons pas : « Jeanne n’est pas un fruit purement spontané ; il y avait en France, à l’époque, des milliers de familles offrant un terrain d’éclosion humainement assez riche pour qu’y pût naître une Jeanne d’Arc. » Dom Gérard (Demain la chrétienté, Éditions Sainte-Madeleine)

Le poids démographique

Or un des aspects majeurs de notre drame est que, dans le choc des civilisations que nous vivons, la survie de la France a reposé sur trop peu de familles. Les réalités démographiques sont implacables. Le rayonnement de la France aux XVIIIe et XIXe siècles est en bonne part lié à son poids démographique en Europe. En 1800, la France compte 29 millions d’habitants face à 22 millions d’Allemands, désunis, 10 millions d’habitants du Royaume Uni et 17 millions d’Italiens, désunis. En 1910, la France compte 40 millions d’habitants, l’Allemagne, unie 58 millions, le Royaume Uni 45 millions et l’Italie 34 millions. C’en est irrémédiablement fini de l’hégémonie française en Europe !

Ce qui vaut pour la France en Europe vaut également pour l’Europe dans le monde. L’Algérie qui comptait 3 millions d’habitants en 1850 en compte aujourd’hui 40 ; le Maroc est passé de 6 millions en 1900 à 33 millions en 2016 ; l’Égypte est passée en un siècle de 10 à 80 millions d’habitants, etc. Sauf miracle, immérité, notre avenir est écrit dans ces chiffres, dans le silence pesant de l’ensemble des responsables politiques de tous bords. […] »

 

Un point de vue réaliste

C’est le président qui le dit

Jean-Claude Junker avoue que l’UE ne respecte pas le principe de subsidiarité

De Guy Rouvrais dans Présent :

« Finalement, Jean-Claude Junker, président de la Commission de Bruxelles, fait son mea culpa. Devant le Conseil de l’Europe, il a expliqué que la défiance des peuples à l’égard de l’Union européenne tient au fait qu’elle souffre d’un « vice de construction. » Bigre ! Ce n’est pas rien, un tel vice ! Cela fait une vingtaine d’années que Junker gravite à des postes divers dans la machine bruxelloise et ce n’est que maintenant qu’il s’aperçoit que quelque chose ne tourne pas rond. C’est l’hostilité des citoyens dont chaque scrutin témoigne qui conduit à ce mea culpa, mais il arrive comme les carabiniers, le mal est fait et ce ne sont pas ceux qui ont conduit l’Europe à la faillite, tel le président de la Commission, qui peuvent l’en sortir.

Quel est le vice ? « Nous interférons dans trop de domaines de la vie privée, nous ne respectons pas assez le principe de subsidiarité », confesse Jean-Claude Junker. Excusez du peu ! Car, enfin, le principe de subsidiarité figure en préambule de tous les traités européens et ce n’est qu’à cette condition que les États ont accepté d’abandonner une part de leur souveraineté. Voilà qu’on nous dit que les eurocrates se sont assis dessus ! Et Junker prend conscience maintenant de ce que l’homme de la rue constate avec colère tous les jours : Bruxelles se mêle de ce qui ne la regarde pas et témoigne de son impuissance pour ce qui en relève. Imbattables pour pondre des directives kilométriques sur le calibre des olives et la courbure optimale des cornichons, nos européistes, en revanche, sont incapables de protéger les frontières de l’Union. […] »

Note de la rédaction : Cela est aussi parfaitement applicable à l’État français.

C’est le président qui le dit