Du bienfait de l’insularité

Avec les réserves d’usage sur le côté conciliaire mais un bel hommage public :

Corse catholique

  Lu sur Corsica Patria nostra via le Forum catholique :

Fête de la Madunuccia d’Aiacciu, San Ghjiseppu à Bastia, dimanche des Rameaux dans toute l’ile, trois jours durant, les Corses ont par milliers processionné dans les rues, se sont rassemblés sur les places et les parvis, autour de leur évêque, de leurs prêtres, de leurs confréries. Trois jours durant ils ont occupé l’espace public, leur espace, celui ou se rassemble la Communauté du Peuple, soudée autour d’une Foi et d’une Civilisation. Notables et personnalités politiques de toutes tendances ont tenu cette année encore à manifester leur proximité avec leurs concitoyens. Trois jours durant, le monde de la marchandise s’est éclipsé, les antagonismes se sont estompés, les barrières sociales se sont affaissées, le mur de l’Argent s’est lézardé et la communauté s’est retrouvée. Ces démonstrations de religiosité populaires marquèrent une fois de plus un ancrage sociétal et historique de la Corse s’exonérant du cadre colonial et étranger de la laïcité républicaine française : A Bastia, une délégation de l’Archiconfraternita del Santissimi Sacramento e Maria Santissima del Carmine in Trastevere, venue de Rome pour participer à la San Ghjisè symbolisa le lien spirituel et civilisationnel indéfectible unissant notre nation à la Ville Éternelle. A Aiacciu, le maire et ses adjoints renouvelèrent le serment  des Magnifiques Anciens, une tradition séculaire de dévotion à la Vierge abolie par l’ancienne majorité de gauche, et dont le rétablissement l’année dernière avait suscité l’indignation du Parti Communiste Français et des officines laïcardes.

De telles manifestations « politiquement incorrectes » selon les normes parisiennes, tranquillement assumées et fièrement revendiquées, constituent l’un de ces mille signes implicites mais perceptibles, d’une émancipation collective, d’une séparation mentale d’avec les principes crépusculaires régissant la vie sociale hexagonale.

En Corse, la Catholicité est chez elle, elle ne s’excuse pas d’exister, ne fait pas profil bas, ne laisse pas la place. Il en sera éternellement ainsi…

Ce texte, signé A Squadra, est suivi du « Vœu des Magnifiques Anciens » d’Ajaccio, de « fêter et d’observer comme fête solennelle le jour du 18 mars chaque année de façon perpétuelle » (c’est le vœu à la Madonnuccia, Notre Dame de la Miséricorde, dont je donnais l’historique l’an dernier, déjà grâce à CM de la Rocca sur le Forum catholique) :

Les Magnifiques Anciens et tout le peuple prient la Très Sainte Vierge Marie de bien vouloir se souvenir de cette promesse et d’intercéder auprès de Son Très Saint Fils pour que Sa Très Sainte Miséricorde pardonne les péchés de tout le peuple et de la ville et les libère de l’épidémie et de toute pestilence, qu’il les protège et les défende maintenant et pour toujours de ce fléau et de tout autre mal.

Photos de la procession d’Ajaccio sur le Forum catholique.

Publicités
Du bienfait de l’insularité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s