Question disputée

http://cristiadatradicinalista.blogspot.com.br/2016/03/entretien-avec-dom-thomas-daquin-osb.html

Mon Révérend Père : pourquoi y-a-t-il besoin d’un autre évêque pour la Résistance ? L’état de nécessité dans l’Église perdure-t-il ? Les évêques de la Fraternité ne suffisent-ils pas à l’Église ?

L’Église a besoin des évêques, Notre Seigneur l’a voulu ainsi. Ensuite, la Tradition a besoin d’évêques. Le travail de Mgr Williamson depuis 1988 est énorme. L’aide qu’apporte Mgr Faure est indispensable et un troisième évêque n’est pas de trop… La Tradition a compté jusqu’à 7 évêques quand Mgr Lazo, des Philippines, est revenu à la Tradition, avant la mort de NN.SS. Lefebvre et de Castro Mayer. La Résistance n’est rien d’autre que la Tradition qui continue.

Certains disent que votre sacre épiscopal sera un acte schismatique. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

De même que les sacres de 1988 n’ont pas été un acte schismatique, le nouveau sacre le sera tout autant. La raison des premiers est aussi celle des suivants, c’est-à-dire le fait que Rome ne veut pas revenir à la Tradition.

Évidemment, tant cette nouvelle consécration que celle de Mgr Faure pourront être critiquées, mais, pour qui considère attentivement les raisons avancées, il s’agit bien de consécrations qui ont le même motif que celles de 1988 : le constat que la chaire de Saint Pierre est occupée par des ennemis de NSJC. C’est un constat douloureux, mais c’est un constat objectif. Le refuser est faire preuve d’irréalisme, accusation faite par Mgr Fellay à ses trois frères dans l’épiscopat : NN. SS. Williamson, Tissier de Mallerais et de Galarreta.

Cette nouvelle consécration épiscopale n’a pas d’autres motifs que ceux qui firent agir Mgr Lefebvre, ni plus, ni moins. La seule différence est dans les circonstances particulières de la situation des autorités de la FSSPX, mais en ce qui concerne Rome et la crise, les raisons sont les mêmes à tout point de vue.

Mon Père, l’année dernière, à l’occasion de la consécration de Mgr Faure, la FSSPX a dit que la résistance est sédévacantiste, et que cela est prouvé par le sacre d’évêques sans permission des autorités romaines. Quelle est votre réponse à ces accusations ?

De même que Mgr Lefebvre n’était pas sédévacantiste, la résistance ne l’est pas non plus, bien qu’il y ait dans son sein, comme il y en a toujours eu dans la Fraternité, des sympathisants de cette thèse.

Mon Père, quelle est votre position à ce sujet ?

Je pense que la position de Mgr Lefebvre à ce sujet est la plus raisonnable et la plus prudente. Le pape ne peut user de son autorité pour détruire l’Église [Le Pape ne peut user de son autorité pour détruire l’Église, or c’est ce qu’il fait, donc il déchoit de son office pour lequel il est élu et qu’il ne remplit pas, il ne défend pas la foi, il ne garde pas intact le dépôt, il ne condamne pas l’erreur, il prêche une nouvelle religion œcuméniste et maçonnique, si cela ne suffit pas, que faut-il alors ?] ; en cela nous ne pouvons donc lui obéir. Nous nous refusons à prendre part à la destruction de l’Église. Quant à trancher si le pape a perdu son office du fait de cette œuvre de destruction, c’est une question disputée. Nous n’avons pas les prémisses pour arriver à une conclusion absolument indubitable. Dans le doute, il est donc plus prudent de ne pas affirmer que le siège est vacant et de le considérer comme pape. [Un hérétique, un œcuméniste un maçon avec ou sans tablier ne peuvent être Pape. Mgr L. avait dit qu’il faudrait trancher et qu’il laissait cela aux théologiens du XXIème siècle, mais là on stagne, on reste entre deux chaises, ce qui pouvait se concevoir juste après le concile, mais plus maintenant où nous voyons les conséquences de la nouvelle religion de l’homme instituée par Montini. Quelle prudence y-a-t-il à ne pas dénoncer la forfaiture, quelle prudence, quelle charité envers les âmes égarées par ce leurre ?]

Il y a un an, nous demandions à Mgr Faure ce qu’il ferait s’il était invité au Vatican par le pape François. Nous vous posons maintenant la même question : iriez-vous ? Que diriez-vous au pape François ?

Aller à Rome ? Seulement si c’est pour demander si les autorités romaines acceptent Quanta cura, le Syllabus, Pascendi, etc. mais je crois que, pour l’instant, la réponse a déjà été donnée et elle est négative.

Le professeur Carlos Nougué a publié un bref article sur votre vie, dans lequel il mentionne les pressions des autorités de la FSSPX lorsque vous avez refusé de chanter le Te deum en action de grâce du Motu Proprio Summorum Pontificum (Juillet 2007). Pouvez-vous nous en dire plus sur cet épisode et sur d’autres occasions dans lesquelles vous avez reçu des pressions des supérieurs de la FSSPX ?

Ce qui s’est passé quand Mgr de Galarreta est venu ici, pour me suggérer de quitter le monastère, est bien complexe, et bien des facteurs entrent en jeu. Seul Mgr de Galarreta pourrait dire exactement toutes les raisons qui l’ont poussé à me donner un tel conseil. La question doctrinale y est peut-être liée, mais ce n’est pas certain, car Mgr de Galarreta était, en principe, opposé aux accords. Quoiqu’il en soit, la liberté et la juste indépendance du monastère inquiétaient Mgr Fellay. Mgr de Galarreta donna comme argument les vocations pour le monastère, car tant que je serais prieur de Santa Cruz, mes confrères du Brésil n’enverraient pas de vocations chez nous.

Mon révérend père, votre expérience au Barroux vous a-t-elle aidé à renforcer votre opposition à la dérive ralliée ou accordiste de la FSSPX ?

Oui, il y a une similitude entre l’admiration de Dom Gérard pour le cardinal Ratzinger et l’admiration, ou au moins l’estime, de Mgr Fellay pour Benoît XVI.

Dom Gérard disait que Mgr Lefebvre restait aigri dans son coin en refusant d’entrer en contact avec les représentants romains, et que le cardinal Ratzinger était un homme avec lequel il était possible de négocier. Dom Gérard ne connaissait pas le cardinal et n’a pas voulu profiter de l’expérience de Mgr Lefebvre. Je pense que Mgr Fellay a commis la même erreur. Les conseils et observations des anciens sont fondamentaux dans la vie. Saint Thomas, en parlant de la docilité, signale cette disposition de l’âme que nous devons avoir vis-à-vis des anciens. Cela vaut la peine de lire l’article 3 de la question 49 de la IIa IIae. C’est très instructif. Dom Gérard n’a pas pris en compte les avis et avertissements de Mgr Lefebvre. Je pense que Mgr Fellay, lui aussi, aurait agi de manière bien différente s’il les avait médités. Il faudrait toute une étude sur l’attitude de Rome avec Dom Gérard et avec Mgr Fellay. Je pense que la prudence de Mgr Lefebvre a manqué à chacun d’entre eux.

Pourriez-vous nous raconter comment s’est produit la rupture entre votre monastère et la Fraternité en 2012 ?

La séparation a été progressive, due à plus d’un incident. Mais ce fut en 2012, quand tant moi que le frère Arsenius avons écrit sur les accords, et surtout quand Mgr Williamson vint visiter notre monastère et reçut tout notre appui, que la rupture se produisit. Nous conservons néanmoins de bonnes relations avec certains membres de la FSSPX qui voient le problème, mais pensent qu’il est mieux de rester dans la Fraternité pour l’instant.

Mon Père, vous avez connu Mgr Lefebvre. Pouvez-vous nous parler un peu de lui ?

Mgr Lefebvre possédait la force et la tranquillité de ceux qui sont sûrs du bien-fondé de leur action, et cela uni à une grande disponibilité pour les âmes. Sa tranquillité venait de la solidité de sa Foi et de son bon sens. La certitude engendre le calme. Mais la certitude de la Foi est supérieure à toutes les autres. De là venait cette extraordinaire tranquillité dont faisait preuve Mgr Lefebvre en toute occasion. Lui, était un véritable évêque, comme le décrit Saint Paul, qui agissait en sorte de sauver sa propre âme et celle de ceux qui écoutaient ses paroles et ses conseils. Sa devise résume bien sa personne et son action : Credidimus Caritati

Comment expliqueriez-vous le changement qui s’est opéré dans la FSSPX au sujet de la possibilité d’un accord pratique avec Rome, et que pensez-vous de l’avenir de la FSSPX ?

Je pense qu’il y a des membres de la Fraternité qui veulent un accord et qui travaillent dans ce sens depuis de nombreuses années.

C’est sans doute pour éviter à la FSSPX une rupture interne que NN.SS. Tissier et de Galarreta ont accepté le changement de ce qui avait été décidé au Chapitre Général de 2006.

L’avenir de la Fraternité, Dieu seul le connait. Je prie pour qu’elle revienne à sa première ferveur, mais une marche arrière sera difficile.

Ne vivant pas avec les membres de la FSSPX, il m’est difficile de donner une opinion argumentée. D’après ce que j’ai lis et entends, je crois que la Fraternité essaye de maintenir un équilibre un peu instable entre la légalité et la fidélité. Ils lutteront sur un terrain choisi par l’adversaire ; d’un point de vue tactique, ce n’est pas très intelligent. La liberté de prêcher contre les erreurs romaines va être (elle l’est déjà) paralysée. De plus, Mgr Fellay semble penser différemment de Mgr Lefebvre, bien que lui-même le nie. Cela est mortel pour la FSSPX.

Mon Révérend père, peut-on parler de véritable libéralisme dans la FSSPX, ou cela est-il une exagération ?

On ne peut éviter un certain libéralisme en s’approchant de Rome.

Mon Père, comment définiriez-vous la Résistance, et comment voyez-vous son avenir ?

Je définirais la Résistance comme la fidélité à NN.SS. Lefebvre et de Castro Mayer. La résistance est la Tradition, ou la partie la plus saine de la Tradition, ou bien, du moins, la partie de la Tradition qui rejette le plus clairement l’idée d’un accord pratique sans la conversion préalable de Rome.

L’avenir de la résistance est dans la fidélité aux enseignements de NN.SS. Lefebvre et de Castro Mayer, c’est-à-dire les enseignements du Magistère infaillible de l’Église. Grâce à Dieu, nous avons NN. SS. Williamson et Faure avec nous, car ils ont été choisis par Mgr Lefebvre et ils en furent toujours les fidèles disciples.

Quelles seront vos priorités en tant qu’évêque ?

Donner les sacrements et assurer la prédication de la Foi.

Quelle sera la devise de votre blason et l’explication de ce dernier ?

La devise sera « Veritatem Dilexisti », tirée du Psaume 50. Le blason est le revers de la médaille miraculeuse, avec les douze étoiles (les douze articles du Credo et les 12 apôtres), la croix, le « M » de Marie et les saints cœurs de Jésus et de Marie.

Le Brésil prit d’abord pour nom « terre de la Sainte Croix ». C’est aussi le nom de notre monastère.

Au XIXe siècle, notre congrégation fut consacrée par notre fondateur, le R.P. Jean Baptiste Muard, aux Saints Cœurs de Jésus et de Marie.

Pour finir, mon révérend Père, Voudriez-vous donner un message aux fidèles de la Tradition, et particulièrement de la Résistance ?

Un message ? Qu’ils étudient les œuvres de Mgr Lefebvre et tirent des leçons de son exemple. Mgr Lefebvre, c’est le Père Le Floch ; le Père Le Floch, c’est le Magistère : c’est l’amour du Magistère de l’Église. C’est seulement de cette manière que l’on pourra vaincre le libéralisme et le modernisme.

En plus, qu’ils lisent et se procurent les grands auteurs antilibéraux, surtout ceux qui ont le mieux compris les erreurs du monde moderne, comme Mgr de Castro Mayer, Mgr Williamson et aussi Mgr Tissier, qui expose avec précision l’étrange théologie de Benoît XVI (Editions du Sel, février 2012) et qui nous a donné la biographie de Mgr Lefebvre ; sans oublier les anciens auteurs, dont la liste serait trop grande. Rappelons seulement Mgr Vital, le grand évêque brésilien ami de Mgr de Ségur, qui combattit vigoureusement la maçonnerie, et qui, pour cette raison, fut emprisonné et peut être empoisonné, car il mourut peu après sa libération de prison, de graves problèmes digestifs. Rappelons aussi le cardinal Pie, et, pour les brésiliens, Gustave Corção, dont le livre, le Siècle de l’enfer, devrait être connu de tous. Corção comprit bien le mal du siècle : le mensonge, et il disait que le XXe siècle pourrait être appelé le siècle du mensonge. Le remède à ce mal est son contraire : « Veritatem Dilexisti ».

Cher Père, nous remercions du fond du cœur Dieu, sa Sainte Mère, saint Joseph Protecteur de l’Église et Saint Benoît, pour la grande grâce qu’est pour la résistance votre sacre. Nous demandons à Dieu qu’il vous donne un épiscopat très fécond. Nous vous remercions d’avoir accepté une charge si pesante, et NN.SS. Williamson et Faure de vous consacrer comme successeur des apôtres.

Deo Gratias !

 

Publicités
Question disputée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s