La perfide Albion sombre dans l’horreur

Des manipulations génétiques sur des embryons humains autorisées en Grande-Bretagne

Source Figaro 01/02/2016
Cette autorisation délivrée lundi est une première du genre dans le monde. L’objectif n’est pas directement thérapeutique, mais consiste à mieux comprendre la génétique du développement humain précoce.

Les autorités britanniques ont autorisé ce lundi des scientifiques à effectuer des modifications génétiques sur des embryons humains à l’Institut Francis Crick, situé à Londres. Délivrée par la HFEA (Human fertility and embryology authority), cette autorisation est une première du genre dans le monde.

Les embryons manipulés par l’équipe du Dr Kathy Niakan seront systématiquement détruits au bout de sept jours. Il n’est pas question de les implanter chez des femmes. «Je suis très content que la HFEA ait approuvé la demande du Dr Niakan», a déclaré le directeur de l’Institut Francis Crick, Paul Nurse, dans un communiqué. «(Ces recherches sont importantes pour comprendre pourquoi un embryon se développe chez une femme en bonne santé et nous permettront de mieux comprendre les taux de réussites des fécondations in vitro, en regardant les premiers étapes du développement humain

Sur 100 ovules fécondés, la moitié parviennent à se développer pour former un blastocyte (état dans lequel l’ovule s’est divisé plusieurs fois et compte quelques dizaines de cellules), 25 parviennent à s’implanter dans l’utérus et seuls 13 survivent plus de trois mois. Afin de mieux comprendre les mécanismes à l’origine de ce phénomène, les chercheurs vont commencer par essayer de bloquer un gène, OCT4, qui semble réguler la manière dont les cellules embryonnaires se répartissent pour former d’un côté le fœtus et de l’autre le placenta.

Le précédent chinois

À terme, il n’est pas question de manipuler génétiquement des embryons pour faciliter leur implantation, assurent les chercheurs. Ces recherches très théoriques ont pour but de mieux comprendre la biologie du développement afin d’imaginer de nouveaux traitements non-génétiques contre l’infertilité et limiter le nombre de fausses couches.

En avril dernier, des scientifiques chinois avaient déjà provoqué un fort émoi dans la communauté scientifique en publiant des travaux portant sur la manipulation d’embryons humains ayant pour objectif de les guérir d’une maladie génétique, la bêta-thalassémie. Les chercheurs chinois n’étaient pas soumis à l’obtention préalable d’une autorisation pour de tels travaux. Mais ce type de manipulation est considérée comme une ligne rouge par de nombreux spécialistes, dans la mesure où les modifications génétiques pourraient être transmises de génération en génération (les thérapies géniques actuelles ne modifient le génome que localement sans modifier les gamètes).

Ces travaux utilisent tous la nouvelle technique d’édition du génome CRISPR/Cas9. Cette dernière est en train de révolutionner la génétique en offrant les moyens de modifier rapidement, simplement et à moindre coût le code génétique. Quatre autres équipes chinoises travailleraient en ce moment sur des embryons humains, selon le magazine Nature. Un débat mondial sur le sujet devient de plus en plus indispensable. En filigrane, toujours la même crainte: que l’on fabrique un jour des bébés «sur mesure» avec toutes les questions éthiques et les dangers que cela suppose.

Publicités
La perfide Albion sombre dans l’horreur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s