De la royauté française

bapteme_clovis2Commentaires (tirés de La constitution de l’ancienne France de Bernard Basse) : Que représente le sacre du Roi de France? En quoi il diffère de celui des autres souverains ?

La Royauté, donc en quelque sorte sa constitution, s’articule autour de deux principes fondamentaux :

  • le pouvoir est d’origine divine et revêt par conséquent un caractère religieux et sacré (principe du droit chrétien ou divin) ;
  • le pouvoir est exercé par une seule personne, mais dans certaines limites fixées par la loi (principe du gouvernement monarchique tempéré par la légitimité).

Le commentaire de ce jour ne porte que sur le premier principe : l’origine divine et nature sacrée du pouvoir royal (principe du droit divin aussi appelé du droit chrétien).

Depuis la révolution et les philosophes, il est courant de penser que la souveraineté vient du peuple. L’Occident en général, et la France en particulier, ne se sont pas construits sur ce postulat. Cette question a fait l’objet de nombreux débats à l’assemblée, en 1958, quand le gouvernement préparait la rédaction de la constitution de la Vème république.

A la base se trouve l’idée religieuse que tout pouvoir vient de Dieu (Saint Paul «Épitre aux Romains XIII-1). Il n’y a pas de souveraineté qui ne procède de Dieu. La source de tout pouvoir temporel est en Dieu. Ce n’est pas la royauté qui est d’institution divine, mais le pouvoir. La royauté franque, par le baptême de Clovis, a officiellement reconnu qu’elle recevait ce pouvoir de Dieu. Depuis, les Rois de France ont toujours eu une double mission temporelle et spirituelle. Avant la France, seuls les celtes et le peuple juif avaient cette conception du pouvoir politique.

Il y a donc bien une conception religieuse du pouvoir en France qui a prévalu jusqu’après la révolution.

Mais, il y a deux manières de comprendre cela : considérer que le pouvoir du chef vient de Dieu, mais par l’intermédiaire des hommes, qui l’ont choisit comme chef; ou bien, le Roi reçoit sa puissance directement de Dieu, sans que la nation ait part à la désignation. Le souverain apparaît alors comme l’Élu de Dieu. Les deux conceptions ont prévalu successivement dans l’histoire de France. Sous Louis XIV, c’est la seconde qui a prévalu. La doctrine politique du droit divin est une déformation de la doctrine chrétienne du droit divin. La révolution vient de là.

Conséquences de ce principe :

1. Le Roi doit être catholiqueloi de catholicité ou d’orthodoxie :

C’est la loi de catholicité qui a poussé Henri IV à abjurer sa foi protestante, pour recevoir légitimement la couronne de France. L’édit d’Union, de 1588, formule cette loi clairement et la qualifie de loi fondamentale du royaume. Elle remonte en fait au pacte de Tolbiac et au baptême de Clovis et de ses guerriers à Noël 496. Un pacte formel est passé là entre la France et l’Église. Cette alliance fait du Roi et de la France, le fils et la fille Aînée de l’Église, qui s’engagent à défendre la chrétienté contre toutes les attaques dont elle serait victime. La France n’est pas un État laïc, mais confessionnel. Il doit favoriser le développement de la religion catholique. C’est aussi cette loi qui fait du clergé le premier des 3 ordres.

2. Le Roi est un personnage sacré – loi de sacralité :

Détenteur d’un pouvoir venant de Dieu, par la vertu du sacre à Reims sa personne devient sacrée. Il est oint d’une façon particulière, à la manière d’un évêque. Le rite est réservé au Roi, la reine n’est pas sacrée de la même façon. Il revêt les mêmes vêtements sacerdotaux que les évêques et communie sous les deux espèces, chose réservée aux prêtres. On parle souvent de huitième sacrement pour le sacre des Rois de France. Le Roi est le lieutenant de Dieu ; c’est dire le « tenant-lieu » de Dieu sur la terre. Il exerce sa fonction comme un sacerdoce. C’est pourquoi, seuls les Rois de France pouvaient signer : « Louis, Par la grâce de Dieu, Roi de France ». Tous les Rois de France, jusqu’à Louis XVI, ont été sacrés avec l’huile sainte qui servit pour Clovis. Cette onction donne au Roi un sceau religieux indélébile. Il ne peut pas abdiquer. Il n’y a pas d’âge pour être sacré ; Reims n’est pas le lieu obligatoire. Les Rois de France tire de ce sacre leur don de guérir les écrouelles : « le Roi te touche, Dieu te guérit ».

3. La  personne du Roi est inviolable – loi d’inviolabilité :

C’est la conséquence immédiate de la loi de sacralité. Elle explique la vénération extraordinaire dont tous les Rois ont été l’objet de la part du peuple de France, profondément religieux. Porter la main sur le Roi est un crime de lèse-majesté, c’est-à-dire un sacrilège !

4. Le  Roi est un homme – loi de masculinité :

Appliquée en 1316 à la mort de Louis X, sa fille Jeanne est écartée du Trône ; en 1322, le Roi Philippe le Long n’a que des filles, c’est son frère Charles IV qui devient Roi ; en 1328 quand ce dernier meurt sa fille est aussi écartée du pouvoir. Cette loi écarte aussi les hommes descendant des Rois de France par les femmes ; c’est pourquoi Édouard III d’Angleterre ne pourra jamais être Roi de France et commencera la guerre de 100 ans.

Cette loi est aussi une conséquence de la loi de sacralité, car les femmes ne sont pas admises au sacerdoce. Ce n’est pas une quelconque incapacité féminine qui est en cause, car elles peuvent gouverner le pays, mais un statut religieux.

Publicités
De la royauté française

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s