SUPPLIQUE À MONSEIGNEUR FELLAY

Monseigneur,

C’est avec la plus vive inquiétude que nous constatons autour de nous la dégradation de la résistance aux destructeurs de la foi et de la morale, origine et fondement de toute société surnaturelle. Cette déliquescence est en train de s’accélérer fortement, notamment par la promotion légale des comportements les plus immoraux et les plus dépravés. La loi de Dieu, même simplement naturelle, est aujourd’hui publiquement foulée aux pieds, les péchés les plus graves se multiplient de façon dramatique et crient vengeance au Ciel.

Monseigneur,

Nous ne pouvons vous cacher qu’il est urgent de cesser de prendre, et de faire prendre, les vessies pour des lanternes, les modernistes pour des catholiques, les œcuménistes pour des catholiques intègres, les loups pour des brebis, les philosodomites pour des blanches colombes, les agents de l’ennemi pour des bons pasteurs, les philomaçons et philotalmudistes pour des vicaires de Jésus-Christ, les démolisseurs de l’Église pour des saints canonisés.les_dernieres_papes-4bd78bd

L’objet d’une condamnation dogmatique ne saurait devenir, avec le temps, une doctrine enseignée, un contre-Syllabus ne saurait être légitime, ni autorisé.

Dieu auteur de la nature a établi l’union stable de l’homme et de la femme en vue de perpétuer l’espèce humaine. La Révélation de l’Ancien Testament nous apprend, de la façon la plus évidente, que le mariage, unique et indissoluble, entre un homme et une femme, a été établi directement par Dieu, et que ses caractéristiques essentielles ont été soustraites par lui au libre choix des hommes, pour demeurer sous une protection divine toute particulière : « Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain » (Ex 20, 17). Je suis Yahweh, ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Ex 20, 2-3)

B16mosquéeFrançosMosquée

L’Évangile nous enseigne que Jésus lui-même, en vertu de son autorité suprême, a rétabli définitivement le mariage, altéré par la corruption des hommes, dans sa pureté primitive : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » (Mt 19, 6).

C’est la gloire de l’Église catholique, tout au long des siècles, d’avoir défendu contre vents et marées, malgré les hérésies, les schismes l’unité de la Sainte Église et voilà que certains la recherche comme si elle n’existait pas. Elle a toujours porté haut – même si des hommes corrompus l’abandonnaient pour ce seul motif -, l’étendard de la fidélité, de la pureté et de la fécondité qui caractérisent le véritable amour conjugal et familial.

Alors qu’approche la prochaine parfaite communion avec les occupants du Saint Siège, nous estimons en conscience de notre devoir de vous exprimer les profondes angoisses qui nous saisissent à la pensée des « conclusions » qui pourraient être proposées à cette occasion.

Cependant la loi de Dieu, expression de son éternelle charité pour les hommes, constitue par elle-même la souveraine miséricorde pour tous les temps, toutes les personnes et toutes les situations. Nous prions donc pour que la vérité doctrinale évangélique que devait proclamer le Concile, ne soit pas contournée en pratique par un futile prétexte « pastoral » qui dénaturerait le Magistère infaillible.

Au XVIe siècle, le pape Clément VII refusa à Henri VIII d’Angleterre le divorce que celui-ci réclamait. Face à la menace du schisme anglican, le pape maintint, contre toutes les pressions, l’enseignement intangible du Christ et de son Église sur l’indissolubilité du mariage. Verra-t-on sa décision maintenant désavouée en une « repentance canonique » ?

De nos jours, partout dans le monde, de nombreuses familles se sont mobilisées courageusement contre les lois civiles qui sapent la famille naturelle et chrétienne, et encouragent publiquement des comportements infâmes, contraires à la morale la plus élémentaire. L’Église peut-elle abandonner ceux qui, parfois à leur propre détriment, et toujours sous les moqueries et les quolibets, mènent ce combat nécessaire mais difficile ? Cela constituerait un contre-témoignage désastreux, et serait source pour ces personnes de dégoût et de découragement. Les hommes d’Église, au contraire, de par leur mission même, doivent leur apporter un soutien clair et motivé.Françoispède

Monseigneur,

Pour l’honneur de Notre Seigneur Jésus-Christ, pour la consolation de l’Église et de tous les fidèles catholiques, pour le bien de la société et de l’humanité tout entière, en cette heure cruciale, nous vous supplions donc de faire retentir dans le monde une parole de vérité, de clarté et de fermeté, en défense de la foi catholique contre tous les libéraux œcuménistes et philomaçons.

Nous confions cette humble supplique au patronage de saint Pie X, qui combattit vaillamment l’hydre, l’égout de toutes les hérésies qui devrait d’ailleurs être si cher à votre Fraternité.

En la fête de saints Anges gardiens le 2 octobre 2015,

Un simple fidèle

Publicités
SUPPLIQUE À MONSEIGNEUR FELLAY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s