Du faux œcuménisme et de la recherche de l’unité

LE FAUX ŒCUMÉNISME ET LA RECHERCHE DE L’UNITÉ EST UN PROBLÈME PROTESTANT, IL N’EXISTE PAS POUR LES VRAIS CATHOLIQUES

Témoignage de l’encyclopédie Que sais-je en 1959

« Une remarque qu’il faut constamment répéter parce qu’elle est constamment en danger d’être oubliée, c’est la non-participation du catholicisme romain au mouvement œcuménique. (…) Malgré des avances répétées qui lui furent faites, aux époques de la préhistoire de l’œcuménisme, Rome est restée fidèle à sa doctrine de base et n’a jamais voulu participer à des réunions officielles sur un pied d’égalité avec les organisations ecclésiastiques constituantes ; tout au plus, le Vatican a-t-il envoyé des “observateurs” dans les premières grandes assemblées ; mais, depuis quelques années, cela même ne se produit plus. C’est que, pour le catholicisme, le problème de l’unité se pose tout autrement que pour les protestants ou les anglicans, voire les orthodoxes : l’unité consiste dans le retour à la seule vraie Église que le magistère définit par ces marques : une, sainte, apostolique, catholique, et romaine ; toute autre voie est impensable pour des “romains” conséquents, car penser autrement ce serait implicitement reconnaître la validité spirituelle de groupes issus de schismes ou d’hérésies, et, donc, de renier soi-même (…). Les avertissements, voire les interdictions, sont allés se multipliant de la part de la hiérarchie catholique à ses fidèles ; dès 1922 et 1923, alors que se préparait la première rencontre mondiale de Foi et Constitution, très peu après que le patriarche de Constantinople avait répondu favorablement à l’appel des anglicans et de Nathan Soderblom, deux encycliques, coup sur coup, mettaient en garde les catholiques susceptibles de se laisser tenter et de suivre inconsidérément certains penchants de leurs cœurs : c’étaient, respectivement, Ubi arcano Dei et Ecclesiam Dei » (Berthe Gavalda, Le mouvement œcuménique, Que sais-je, Presses Universitaires de France, 1959, pp. 80-82).

Témoignage du cardinal Willebrands en 1969

« Si nous avons des motifs de nous réjouir, nous avons aussi des raisons de nous abstenir de tout triomphalisme. Si la situation actuelle est meilleure, elle est relativement récente. Si nous nous reportons à la situation des années 1925-1928, nous nous trouvons devant un tableau bien différent. En 1925 avait lieu à Stockholm, grâce à l’initiative de l’archevêque luthérien Söderblom, une grande conférence sur un programme de christianisme pratique (…) . L’Église catholique n’y participa en aucune façon, pas même sous forme d’observateurs. En 1927, se tenait à Lausanne une conférence d’un type différent. Organisée par l’évêque épiscopalien Charles Brent, aidé d’un laïc, Robert Gardiner, cette conférence prit comme thème général l’Église et s’efforça d’éclairer les principaux points où s’élèvent les controverses (…). Quelle fut l’attitude de l’Église catholique en face de la conférence de Lausanne ? Benoît XV déclina l’invitation qui était faite à l’Église catholique d’y participer. Le Saint-Office, par un décret du 8 juillet 1927, interdisait aux catholiques toute participation à celle-ci. Cinq mois après l’assemblée, le 6 janvier 1928, une encyclique de Pie XI exposait les raisons positives de cette réprobation, à savoir la doctrine catholique de l’unité. Je parle de l’encyclique Mortalium Animos, qui disait clairement : “Les choses étant telles, le Saint Siège ne peut prendre part à ces réunions et il n’est permis, en aucune façon, aux catholiques d’adhérer ou de collaborer à ces initiatives. Agissant ainsi, ils donneraient de l’autorité à une religion fausse, très éloignée de l’Unique Église du Christ. Nous ne pourrons pas tolérer […] que la vérité […] soit objet de transactions”. Nous sommes donc aux antipodes de la situation présente. Comment expliquer ce violent contraste ? » (Cardinal Jan Willebrands, Œcuménisme et problèmes actuels, Cerf, 1969, p. 9)

 Eh bien c’est très simple, au concile, qui fut un brigandage, il y a eu une protestantisation de l’Église, tout d’abord dans la Liturgie, avec la « messe de Luther »et dans la nouvelle ecclésiologie toute imprégnée de ce faux œcuménisme issu du protestantisme. Comme le remarque le Cardinal Willebrands il y a eu une révolution copernicienne, un changement de paradigme, une quasi apostasie, que la plupart ont accepté.
Publicités
Du faux œcuménisme et de la recherche de l’unité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s